La recrue

La recrueLorsque Clayton termine ses études, il ne s’imagine pas entrer dans la CIA, comme son père. Mais quand Burke, arrive pour le recruter, sa curiosité l’emmene à faire ce choix osé. Mais avant d’avoir sa plaque, il lui faut passer par la ‘ferme’, sorte de camp d’entrainement qui les transformera en véritables espions.

Quand on va voir ‘La recrue’, on se retrouve devant l’une des productions que seul hollywood peut faire. Non pas à cause d’un budget pharaonique, mais plutôt à cause d’une marque de fabrique que l’on retrouve sur ces films. Une fois lancé, on sait qu’il n’arrivera rien de grave ni dans un sens, ni dans l’autre. Le produit est calibré pour plaire, depuis le thème jusqu’aux acteurs.

Ainsi, on retrouve un beau casting, avec un Pacino qui resort son costume du mentor. Evidemment, avec son charisme et sa bouteille, il peut se le permettre, mais ça sent quand même un peu le réchauffé.
De son côté, Farrell (Tigerland, Daredevil) est plutôt intéressant dans son rôle de jeune premier.
Leur relation nous rappelle un peu le (réussi) ‘Associé du Diable’ ou Keanu Reeves jouait le même rôle.

Sur un scenario partant d’une bonne base mais utilisant trop de renversements de situations, le film reste toujours plus ou moins carré et maîtrisé. On aurait peut-être aimé partir un peu plus loin dans certains délires paranoïaques, mais bien vite, il faut revenir à la raison.
Ne sachant sur quel pied danser, le spectateur est forcemment un peu chancelant et attend chaque révélation sans savoir qui croire. On se souvient du ‘Game’ de Fincher qui bien qu’imparfait était une véritable machination contre le spectateur. Cette ‘Recrue’ arrive quelques années après tous ces films qui ont bénéficié de l’effet de surprise et tente d’employer les mêmes effets sur un auditeur qui n’est plus tout à fait dupe.

Roger Donaldson (’13 jours’, ‘Cocktail’) nous livre donc un thriller plutôt classique qui malgré son objectif ne surprendra pas grand monde. Il reste cependant un spectacle agréable à regarder, carré de tous côtés. Et un bon thriller de temps en temps, ça fait pas de mal.

Publicités
Article précédent
Article suivant
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :